Le FabMake renforce son équipe

Afin d’élargir encore plus son offre de service !

 

Nous souhaitons la bienvenue à Pauline Jouitteau, étudiante en troisième année de l'École de design Nantes Atlantique. Le FabMake a pour objectif de permettre les échanges, favoriser le partage des compétences et la diffusion des savoir-faire entre les membres. Pour cela, le FabMake souhaite mettre en place des outils de captation, en particulier la vidéo. Pauline est ainsi en charge du développement d’un outil de lancement pour ce nouveau projet de « cabine type photomaton », baptisé la ruche, sur lequel le fablab planche depuis déjà quelques mois.

 

Pauline, peux-tu te présenter en quelques lignes ?

Grâce à ma 3ème année à l’École de design Nantes Atlantique en section produit, j’ai décroché un stage au sein du FabMake pour une durée de 4 mois. C’est en partie le fait d’avoir participé au Hackaton MaisonMix qui m’a fait découvrir les fablabs et leur mode de fonctionnement. J’ai souhaité en connaitre davantage sur cet univers avec une base plus professionnelle !


Quel est l’objectif de ton stage ?

Je travaille actuellement sur la construction d’un espace de captation vidéo/photos/son, dans l’esprit des photomatons, ainsi que sur l’interface de captation interne. Cela facilitera la mise en relation, le retour d’expérience ainsi que la communication des projets pour chaque Fabmaker. Le but de cet espace est également de générer des projets collaboratifs pour idéalement déboucher sur la création de startups, projets professionnels etc…

 

Quel est l’état d’avancement du projet de la ruche ?

Aujourd’hui je suis en phase de maquettage de l’interface. Je suis également en contact avec différents prestataires experts du bois pour la réalisation et la construction de la future ruche !

 

Pauline, si on te donnait les clés du fablab pendant une semaine, que ferais-tu ?

Je réunis le plus de fabmakers possible autour d’un projet commun visant à améliorer la vie de notre métropole avec le maximum d’outils que nous détenons. Cette collaboration permettrait de créer un esprit de cohésion au sein de la communauté et pourrait aboutir à d’éventuels autres projets.

 

pauline       ruche 

 

Publié le 18 août 2015